FANDOM


FR - Brutal Legend Critique Header

BrütalLegend logo

Le 16 octobre 2009, quatre ans après la sensation Psychonauts, Double Fine Productions remettait le couvercle avec Brütal Legend, un jeu se voulant être un hommage au monde vaste et imaginatif du metal, de sa musique, sa communauté, son essence. Y parvient-il ? C'est ce que nous allons découvrir.

Brütal Legend - bande annonce

Brütal Legend - bande annonce

Le concept et l'histoire

EJV-06-aa
EJV-06-ab
EJV-06-ac

Brütal Legend nous plonge de prime abord dans l'histoire d'un roadie, Eddie Riggs — un roadie, c'est un machiniste itinérant, une personne qui accompagne les artistes durant leurs tournées pour préparer et superviser les coulisses — un vrai de vrai métalleux, un passionné de sa profession, mais ni de la musique et encore moins du comportement des célébrités qu'il encadre. Et pour cause, en sauvant l'un d'entre eux d'un péril certain, il meurt écrasé violemment par le décor qu'il a auparavant monté. Des perles de sang trouvent alors leur chemin dans la boucle de ceinture de Riggs, qui est en fait un médaillon invoquant une espèce de monstre enflammé qui, dans sa rage, immole totalement la scène et transporte le roadie vers une nouvelle vie, un autre monde en plein tumulte et rempli de maints dangers : Brütal Land.

C'est à partir de ces prémisses que va évoluer une histoire, une mythologie tout comme extirpée de couvertures d'albums des années folles du metal... Mais est-ce que le tout suit vraiment cette trame ?

Les graphismes et l'ambiance

EJV-06-ba

Malheureusement pas les graphismes. Bien que certaines vues soient particulièrement bien pensées, ça se limite à peu près à ça. Malgré le fait que le jeu soit un open-world, l'environnement est assez étriqué, si ce n'est vide d'intérêt par endroits. D'ailleurs pour une œuvre qui se targue de représenter le plus metal de tout ce qui est metal, ça manque de deux choses cruciales : d'imagination et de diversité.

EJV-06-bb

Dans un tel monde, représenté dans un style très cartoon, ce qui aurait pu servir à proposer une ambiance très variée tout en gardant une identité propre mais qui est au final gâché par la volonté d'en faire un jeu un peu plus 'tout public', il aurait été crucial de montrer la grande différence de toutes les facettes du genre — et il y en a tellement...

EJV-06-bc

Une différence qui pourtant est très bien exprimée dans la bande-son, qui est une vraie pépite, elle : un mélange de musiques originales, aussi bien orchestrales de la part de Peter McConnell — un grand nom dans le métier — que plus ancrées dans le metal de la part d'autres groupes, et de chansons déjà existantes et de tous fronts, aussi bien du heavy, du thrash, du glam, du goth, du black, du doom, du speed que du nu, de l'indus ou de l'alternatif, américain comme britannique, même avec des femmes — (et les femmes dans le metal c'est très très rare, c'est pour ça que pour le coup, ça fait vraiment plaisir à voir)... Le tout sans une seconde de Metallica, d'AC/DC ou d'Iron Maiden !

EJV-06-bd

Mais aussi tristement que cette bande-son soit à tomber par terre, le reste de l'atmosphère du jeu est très timide, et l'histoire s'égare de manière carrément affligeante par moments. C'est même à se demander s'il y avait une initiative au-delà du simple hommage, si on prend en compte la situation in-game, qui relève du soulèvement d'une population toute entière contre ses souverains, et dont vous prenez les rennes ; mais comment ?

Le gameplay

EJV-06-ca

Après tout, c'est sympathique de la part du jeu de nous initier aux mécaniques de mouvement et de combat — plutôt foireuses d'ailleurs, la conduite étant carrément exécrable la plupart du temps alors qu'elle constitue une partie importante du jeu —. En effet, Brütal Legend est un jeu qui a beaucoup d'éléments de stratégie en temps réel. Beaucoup. En fait, on ne se rend compte que plus tard que c'est plus un jeu de stratégie que d'action-aventure à proprement parler.

EJV-06-cb

L'aspect stratégique du jeu n'est pas un problème en soi mais malheureusement on a moins de temps pour s'y faire et surtout pour trouver le juste milieu entre ça et l'aspect mêlée, ce qui, à certains points assez cruciaux du jeu, peut devenir assez frustrant lorsque notre avancement est rabaissé par une phase de die-and-retry total.

EJV-06-cc

Une fois que l'on prend le coup, il devient un petit peu plus agréable d'amener ses troupes au combat et de les diriger, mais cela n'est pas toujours possible en vertu de l'aisance de notre personnage à décéder pour un rien dès qu'il se trouve en première ligne, ce qui rend toute initiative forcément brève et pas nécessairement concluante...

EJV-06-cd

Ce qui a la néfaste conséquence de porter atteinte à l'expérience, qui est prolongée sur plus de temps qu'il n'en faudrait vraiment. Pour 10 heures de jeu, facilement, la moitié n'ont été que des tentatives ratées, ce qui malheureusement est difficile à changer pour peu que l'on ne s'éparpille pas. La plupart des techniques de mêlée ou des améliorations pour les armes de Riggs sont à débloquer avec des points qui s'engrangent en trouvant des endroits cachés ou en faisant des missions secondaires. Cela n'est jamais très cool de forcer le joueur dans un style de jeu particulier, surtout en prônant aucune linéarité.

Conclusion

Pour résumer, là où Brütal Legend est un hommage certain à l'univers metal, et poussé par une vraie passion, il ne s'élève malheureusement pas plus haut que cela, car il vacille et trébuche maladroitement entre des mécaniques et des philosophies de game design amplement différentes sans être certain de sa direction, un conflit d'intérêts en soi. Mais cela est une autre histoire... En attendant, je vous conseille d'en profiter si vous le trouvez à prix cassés, ça vous fera au moins une playlist solide pour commencer à vous ouvrir au metal !