FANDOM


Header Team Jeux Video Fandom.jpg
Invité cette année par Fandom à me rendre à la Paris Games Week, j’ai pu découvrir le monde des gros salons de jeux vidéos. L’occasion de s’informer sur l’arrivée des prochains jeux “AAA”, mais aussi et surtout de s'interroger sur l’état actuel du monde du jeu vidéo, et du futur du secteur. Après la fin du salon, et une fois la surexcitation provoquée par les quelques annonces retombée, il est temps de dresser un bilan de la Paris Games Week de cette année !
15046190 1806682726278899 88614737 n.jpg

Le saloon de Mafia III

Ce qui frappe en premier en rentrant sur le salon, c’est le budget tout simplement ahurissant de certains stands, notamment celui consacré au récent Mafia 3, qui s’est appliqué à reproduire un saloon tout droit sorti du Far West américain, ou bien le stand du dernier opus de la saga Gran Turismo, dans lequel les visiteurs pouvaient tester le jeu sur des simulateurs à taille humaine. On y reviendra en fin de billet, ce budget n’est clairement pas dépensé à la légère, et les éditeurs savent bien ce qu’ils font en proposant une expérience de jeu aussi marquante.

Que prévoir pour le futur du jeu vidéo ?

Premier point, probablement le plus évident, la Réalité Virtuelle (VR). Bien qu’encore assez peu présente sur le salon, laissant pour le moment la place aux habituels PC et consoles, la démocratisation imminente de la VR se fait de plus en plus ressentir, avec déjà 3 ou 4 stands qui lui étaient entièrement consacrés.
15057953 1806682712945567 2139970859 n.jpg

Le stand consacré à Endless Space 2

Deuxièmement, l’arrivée en force des jeux de cartes sur le salon. Depuis le succès fulgurant d’Hearthstone, Heroes of Warcraft en 2014, de plus en plus de studios se mettent à développer leurs propres jeux de cartes. On notera ainsi la présence du futur The Elder Scrolls : Legends, ainsi que du jeu de cartes
15033679 1806682676278904 1633852466 n.jpg

The Elder Scrolls : Legend

tiré de l’univers des jeux Final Fantasy, présents sur le salon, mais aussi les jeux tirés des univers The Legend of Zelda, The Witcher, même Plantes vs Zombies aura droit au sien. Que ce soit en version papier, virtuelle ou mobile, tout les supports sont bons pour un jeu de cartes !

On passera rapidement sur le développement toujours constant des genres de jeux maintenant devenus classiques sur les salons, des FPS toujours plus réalistes, des jeux de rôles toujours plus inventifs autant en terme d’univers que de principe de jeu (on citera notamment le prochain World of Final Fantasy, qui combine des éléments provenant de toute la saga, avec un système de capture d’ennemis à la Pokémon, en plus d’un très étrange système de combat dans lequel les combattants… s’empilent, littéralement).

Dernier point, et non des moindres, la présence de l’e-sport, y compris sur ce salon qui n’y était pas particulièrement dédié, est extrêmement impressionnante, avec une immense scène entièrement dédiée, bien que toujours légèrement en retrait par rapport aux stands des éditeurs. L’e-sport est toujours un domaine récent, et une telle ferveur autour de ce qui est encore considéré comme un simple loisir par beaucoup laisse entrevoir un avenir flamboyant à l’e-sport, qui, au final,
15033719 1806682659612239 13395163 n.jpg

La scène e-sport

ressemble de plus en plus au sport “traditionnel”. Si, aujourd’hui, il est encore rare de se déplacer pour aller voir en direct une partie de League of Legends en direct, qui dit que d’ici quelques années, le successeur d’un de ces jeux, voire même probablement de plusieurs de ces jeux, ne remplira pas le Stade de France à intervalles réguliers ? Car la grande force de l’e-sport réside en son accessibilité. Il n’est pas nécessaire d’être en bonne condition physique pour jouer une partie d’Hearthstone, et les joueurs de haut niveau semblent pour beaucoup plus proches des joueurs “casual” (qui jouent uniquement pour le plaisir) que ne peut l’être une star de football. Les salons tels que la PGW permettent même des compétitions entre visiteurs, qui accroissent encore le sentiment de proximité entre joueurs casual et joueurs pro. En bref, l’e-sport ne semble pour le moment pas prêt de s’éteindre, et le jeu vidéo d’arrêter de se démocratiser.
La Paris Games Week & l'esport03:08

La Paris Games Week & l'esport

Et le salon en lui-même, alors ?

La PGW est un salon qui attire autant les joueurs que les éditeurs, et c’est bien normal. D’une part les joueurs ont la possibilité de tester avant même leur sortie les prochains jeux, leur permettant de se faire un
15049989 1806682702945568 1683977653 n.jpg

Les simulateurs de Gran Turismo

avis sur un produit avant de l’acheter. Le fait est que le salon attire des milliers de personne, et que tester un jeu soi même donne souvent bien plus envie de se le procurer qu’une simple bande annonce, et ça, les éditeurs l’ont bien compris. J’en parlais en début d’article, mais l’exemple du stand consacré au futur Gran Turismo 7 m’a particulièrement marqué. On pourrait au premier abord se demander où est l’intérêt de dépenser de l’argent pour apporter des simulateurs de conduite, tout ça pour présenter un jeu qui, au final, ne sera joué que sur une simple PS4 par la majorité des joueurs. Mais quoi de plus marquant que de tester le jeu en ayant une expérience sensorielle quasi intégrale ? Des moyens comme ceux-ci permettent de marquer l’esprit du joueur, qui, au final, sera plus enclin à acheter le produit, pour peu que l’expérience proposée l’ait convaincu. Il est possible qu’au final l’expérience soit décevante, en comparaison, mais le jeu a été acheté, et pour certains éditeurs, c’est ce qui est le plus important. En présentant un jeu de la manière la plus marquante, on gagne en ventes au final, et c’est en impressionnant le joueur qu’on lui fera acheter le produit.

Pour conclure, on a, d’une part, les éditeurs qui payent un stand leur permettant de faire la publicité de leur jeu, et d’autre part les joueurs qui payent pour se faire montrer de la publicité. Au milieu les organisateurs de ce type de manifestations sont les grands gagnants, mais peu importe, au final, on continuera d’y aller, parce que le joueur aime l’aspect “show” des salons, et que la Paris Games Week est entièrement dans cet aspect-là.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard